Avec Natahlie, guide Conférencière
Credits image :
Depuis près de 15 ans, Nathalie Gallois, dotée d’une énergie hors du commun et d’une mémoire incroyable, propose des visites guidées vivantes et pleines d’humour des quartiers de Paris. Vous pouvez retrouver ses visites sur notre site. Parcours, vocation, anecdotes, elle a tout raconté à Mes Sorties Culture !


Nathalie, as-tu toujours voulu être guide ?

Non, c’est un peu un hasard ! Au départ, je voulais être archéologue : après un cursus complet à la Sorbonne, jusqu’au DEA, j’ai suivi les cours de l’Ecole du Louvre en archéologie orientale. Après mes études, j’ai exercé le métier d’archéologue pendant 10 ans au Moyen-Orient : Syrie, Israël, pays du Golfe…
De retour à Paris, j’ai écrit pour des revues et des maisons d’édition spécialisées, et j’ai commencé à enseigner à l’Ecole du Louvre, Et puis je me suis aperçue que je ne voulais pas continuer dans la recherche. Moi, j’aime quand il y a de l’échange, j’aime les gens : je ne me voyais pas toute ma vie derrière un bureau. J’en ai discuté avec un élève (un ex informaticien en reconversion, qui avait 20 ans de plus que moi). Il m’a dit « mais pourquoi ne pas faire découvrir Paris à travers des visites guidées ? » et je me suis dit, en effet, pourquoi pas ! Quand j’étais petite, j’ai fait beaucoup de théâtre : je crois que je retrouve aussi ce plaisir du jeu et de la parole dans les visites guidées.


Comment choisis-tu les parcours de tes visites ?

D’abord, je ne fais que ce que j’aime ! Je n’ai pas l’impression de travailler, je suis passionnée par mon métier. Et je ne choisis que des lieux qui m’inspirent.


Tu as des visites « favorites » ?

Oui j’adore tout ce qui touche au religieux : la grande Mosquée, le Marais juif, je ne m’en lasse pas. C’est important aussi de transmettre des connaissances au sujet des religions : on entend tellement de bêtises ! C’est aussi le rôle de la culture : donner des bases pour permettre la réflexion.


Et comment prépares-tu les visites ?

Il y a deux phases : la documentation, qui consiste à lire une quantité phénoménale de bouquins, et la confrontation au terrain, avec une grosse phase de repérage, où je mène l’enquête. C’est une phase que j’apprécie tout particulièrement, car je m’attache à retrouver la mémoire vivante des quartiers, en interrogeant leurs habitants les plus âgés, mais aussi les « piliers de bar ». Ils ont toujours une foule d’anecdotes…dans lesquelles je fais le tri évidemment. Et puis c’est aussi dans ces moments là qu’on me montre des lieux cachés ou inaccessibles… que je me fais un plaisir de montrer à mes groupes ensuite !


Ce côté « Sésame, ouvre-toi », c’est un peu magique !

Oui, c’est super, même s’il faut parfois batailler ferme pour obtenir les codes d’accès à certains hôtels particuliers…Je négocie avec les résidents, mais en général, il n’y a pas de problème.


Qu’est ce que tu préfères dans ton métier ?

J’aime quand j’ai affaire à un groupe curieux et réactif…Je m’amuse beaucoup, je ris avec les gens. Et je suis toujours ouverte aux questions.


D’ailleurs tu parles de « promenades » plutôt que de visites…

Oui, il y a un côté ludique dans la promenade, et c’est vraiment comme ça que je travaille : je veux transmettre du plaisir aux visiteurs, je ne raconte jamais la même chose, et les parcours ne sont jamais strictement les mêmes.


N’est-ce pas épuisant, physiquement ?

A mes débuts, j’avais besoin de me faire connaître : je n’arrêtais pas et c’était très éprouvant. Quatre heures de visites dans une journée, ça fatigue non seulement les jambes mais aussi les cordes vocales (qui sont un muscle, ne l’oublions pas). Pour moi c’est très important de ne pas s’écouter parler, et de se mettre à la portée de son public.


A ce que je vois, c’est un métier très complet, intellectuel autant que physique, avec une grande dimension de relationnel aussi.

Exactement.


Est-ce que certains quartiers ont beaucoup changé depuis tes débuts ?

Bien sûr ! Le Marais a été superbement réhabilité (ce qui avait commencé dans les années 60 avec la Loi Malraux). C’est un quartier qui a échappé aux remaniements haussmanniens, et tant mieux. Dans le 18è, à la Goutte d’Or, beaucoup de lieux se sont « boboïsés » à vitesse grand V ; mais il y a encore des espaces préservés, très folkloriques, des boutiques exotiques qui n’ont pas bougé. J’adapte mes visites en fonction des ces transformations !


Si tu devais conseiller des visites à des personnes qui connaissent mal Paris ou qui n’ont jamais profité d’une visite guidée, lesquelles conseillerais tu en priorité ?

Les grands classiques : Saint Germain des Prés, le Marais, l’Ile Saint Louis et Montmartre. Pour ceux qui seraient avides de curiosités et d’infos insolites, la Mouzaïa, la Goutte d’Or ou Belleville !


Et toi, quels sont tes lieux de prédilection, en France ou ailleurs ?

Il y avait Palmyre en Syrie, de triste mémoire…
A Paris, j’adore flâner dans le Marais. Il y règne une atmosphère Grand Siècle qui me transporte.
Et je rêve de visiter Angkor ! (le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge, NDLR)


Pour retrouver les visites guidées de Nathalie Gallois sur notre site, cliquez ici

Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris