La double vie d'Hilma af Klint
Credits image :
Le début du 20e siècle, marqué par la violence de la première guerre mondiale, est le théâtre de mille et un bouleversements sociaux, économiques et artistiques. Dès les années 1920 émerge une nouvelle forme d'art pictural, dans laquelle la couleur, les formes et les représentations changent de nature : c'est la naissance de l'abstraction. Kandinsky, Klee ou Mondrian sont réputés être les premiers à explorer ce monde inconnu et laissent un héritage reconnu aux générations à venir. L'année de la disparition de Kandinsky et de Mondrian, en 1944, s'éteint une autre artiste, une femme restée dans l'ombre : Hilma af Klint. 

Toute sa vie, cette suédoise mène une carrière artistique des plus classiques, entre peintures de paysages, portraits et intérêt pour la botanique. Mais en secret, Hilma mène une autre vie, et un autre projet artistique, qui aboutira à la production de plus de cent œuvres qui ne seront montrées au public que 20 ans après sa mort – à sa demande expresse, peut-être consciente qu'elle ne serait pas comprise avant un bon moment. C'est vrai que lorsqu'on ne connaît pas son travail, on pourrait facilement le rapprocher du pop art, ou de l'art psychédélique des années 1960/70. La fraîcheur des couleurs et des formes, l'incroyable espoir et la force vitale qui se dégagent de son travail étaient d'une modernité à couper le souffle. En réalité, ces tableaux ont été peints à partir de 1906… 

Avec 4 autres femmes adeptes des sciences occultes et curieuses des progrès scientifiques, Hilma pratique régulièrement le spiritisme. Lors d'une de ces séances, elle dit qu'un esprit lui commande de peindre l'invisible, de réaliser une œuvre qui représente un message pour l'humanité. C'est alors qu'Hilma se lance secrètement dans la réalisation de peintures abstraites – bien que le mot ne soit alors pas employé - bien avant Kandinsky ou Mondrian. Guidée par sa soif d'ésotérisme, elle travaille à ces peintures d'un genre nouveau hors de tout courant artistique connu, et se lance avec courage et obstination dans une exploration picturale totalement inédite, toute en couleurs vives, formes géométriques et spirales mystérieuses.

Entre 1906 et 1915, elle réalise ainsi 193 peintures qui resteront longtemps cachées, dont certaines en très grands formats. Parallèlement, af Klint prend des notes dans ses carnets, répertoriant des codes qui permettent de déchiffrer en partie la construction de son travail, même si ces indications restent en grande partie mystérieuses. 

Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com  

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris