Un peintre à Yellowstone
Credits image :
Avec l'arrivée des beaux jours, on se prend à rêver de grands espaces, de nature infinie, de balades dans des paysages de rêve. Et en matière de grands espaces cinégéniques, on n'a pas encore fait mieux que l'ouest américain. Terre de légendes, de canyons, qui fut peuplée par les Amérindiens, elle est synonyme de nature sauvage et de liberté. C'est un territoire gigantesque, aux milieux naturels variés, le plus souvent marqués par l’aridité. C'est aussi dans cette région que vit le jour le premier parc naturel au monde, en 1872 : le parc de Yellowstone.

Mais quel rapport avec l'histoire de l'art, me direz-vous ? La création du parc de Yellowstone est intimement liée au travail d'un peintre américain d'origine anglaise Thomas Moran. Né en 1837 près de Manchester, Moran est issu d'une très ancienne famille de tisserands. Mais la révolution industrielle remplace les hommes par des machines, et la famille doit trouver un autre métier. Son père part donc en éclaireur près de Philadelphie où il devient ouvrier textile.

Peu de temps après, en 1844, sa femme et ses deux fils – dont Thomas – le rejoignent aux Etats-Unis. Encore adolescent, Thomas devient apprenti graveur, puis s'initie à la peinture auprès de son frère Edward (peintre de marines) et du peintre américain James Hamilton, un grand admirateur de Turner. Thomas et Edward passent des années à étudier et à reproduire les aquarelles de Turner, et se rendent même plusieurs mois à Londres en 1861 pour copier les œuvres de Turner sur place ; à la National Gallery. L'influence de Turner est évidente dans la peinture de Moran : les phénomènes météorologiques, la lumière, le traitement de l'eau et de la couleur lui doivent beaucoup.

Mais venons-en au parc de Yellowstone : En 1871, Moran accompagne l'enquête géologique de la région de Yellowstone menée par son compatriote de Philadelphie, le Dr Ferdinand V. Hayden. Les premières équipes d'enquête comprenaient souvent des artistes et des photographes. Avant l'apparition de la photographie en couleur, les artistes apportaient une aide précieuse à la documentation nécessaire au succès d'une expédition.

Les peintures de Moran rendent compte avec tant de fidélité et de panache de la beauté des paysages que les autorités en sont impressionnées. Son "Grand canyon de Yellowstone" mesure pas moins de 2,13 m sur 2,66m et rend parfaitement justice au vertige qui peut saisir le promeneur  immergé dans la nature souveraine. On dit que la création du parc a été accélérée par la vision de ces peintures, qui soulignaient un trésor naturel inestimable. Moran continuera, dans les années suivantes, à rendre compte des paysages grandioses de son pays d'adoption. Et ses œuvres se retrouveront souvent, au cours du 20e et du 21 e siècle, sur les murs du bureau Ovale, au Capitole : tout un symbole.


Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris