Plongez dans l'oeuvre de David Hockney!
Credits image :

David Hockney a inventé un monde où la mélancolie n’a pas sa place. Si vous allez voir la rétrospective que le centre Pompidou lui consacre en ce moment, choisissez un jour de pluie : vous n’en serez que plus éblouis par les toiles du britannique, désormais âgé de 80 ans, mais qui regarde toujours le monde avec des yeux d'enfant émerveillé et sait mieux que quiconque exalter la couleur. 

Après quelques salles consacrées à ses oeuvres de jeunesse, qui permettent de découvrir comment Hockney a "emprunté" aux plus grands peintres pour créer son style singulier - toujours avec une pointe d'ironie - on en vient aux salles consacrées à sa période californienne, de loin la plus spectaculaire - quoique ses doubles portraits dégagent aussi une grande maîtrise et une incroyable aura de mystère, malgré leur grand réalisme.

Hockney, comme tous les grands artistes, sait donner l'illusion de la simplicité. Cela se vérifie à travers sa série de piscines californiennes, d'une beauté fascinante, dans lesquelles il s'amuse à restituer le mouvement de l'eau par des techniques toutes différentes, mais toutes convaincantes. Tel un acrobate, il se joue des contraintes, de la gravité, pour restituer à celui qui contemple ses peintures la joie pure d'une après-midi ensoleillée. 

Mais le facétieux David est aussi un expérimentateur de génie, jamais à bout de curiosité : dans les années 1980, reconsidérant la vision du Cubisme, qui synthétise la vision d‘un spectateur en mouvement autour de son sujet, Hockney s'empare de son Polaroïd et fabrique ses « joiners » : des images multiples recomposant une figure, avec des photos collées les unes à côté des autres qui reconstituent une impression de mouvement, avec là aussi une virtuosité hallucinante. 
Peintre de l'hédonisme, inventeur infatigable, c'est à une leçon de joie de vivre et d'émerveillement que nous invite David Hockney!


Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris