L'exposition du futur
Credits image :
La lecture est un plongeon. Plongeon silencieux à l'intérieur de soi, de son imaginaire, de sa propre quête de réponses aux grandes questions existentielles. Plongeon, aussi, dans l'univers de l'auteur, dans sa pensée, son périple à travers la forêt des mots. C'est donc bien d'une rencontre qu'il s'agit, entre lecteur et auteur. Et à toute rencontre, il faut un cadre romantique, un lieu où tout est possible, où le monde peut se réinventer, où toutes les histoires sont en germe, à la fois bien vivantes et endormies, jusqu'au moment où un autre regard, un autre coeur et un autre dépositaire les reconnaît.

Grands amoureux des livres et des bibliothèques, l'écrivain Alberto Manguel (auteur du livre éponyme de l'exposition, "Une bibliothèque, la nuit") et le metteur en scène québécois Robert Lepage ont imaginé ensemble une magnifique exposition qui fait halte à la BnF.

L'affiche annonce une exposition "en réalité virtuelle", mais cette proposition va plus loin encore, procédant par paliers successifs pour mieux immerger le visiteur dans un monde parallèle. 

Il y a d'abord une exposition classique, qui présente des oeuvres inspirées par le monde des livres et des bibliothèques, dont des bibliothèques miniatures dans lesquelles déjà l'imagination se perd, et aussi des reproductions d'ex-libris magnifiques. Ce sont de premiers indices : les livres sont des trésors, qu'il convient de mettre en scène et de chérir. Puis, quittant cette pièce bleue, les visiteurs sont invités à pénétrer dans un vestibule, reconstitution de la bibliothèque personnelle d'Alberto Manguel. Le lieu est plus vrai que nature, et on oublie très vite que l'on se trouve dans les bâtiments géants de la BnF et que dehors sévit la canicule : ici, c'est la nuit, et la pluie s'écrase sur les vitres de la pièce. C'est tout juste si l'on ne frissonne pas. La voix de l'écrivain s'élève, qui ne va plus nous quitter. 

Puis il est temps de pousser un des rayonnages de la bibliothèque (oui, comme dans les films d'espionnage) pour entrer dans un nouvel espace, une salle d'étude onirique, plongée dans la pénombre, peuplée d'arbres où nous attendent sièges pivotants et casques de réalité virtuelle (avec la technologie Oculus rift, jusque là réservée aux jeux vidéo.

Alberto Manguel et Robert Lepage ont choisi 10 bibliothèques réelles ou imaginaires à travers le monde et nous embarquent dans un voyage sensoriel incroyable : avec le casque, on peut voir à 360° : nous voilà observant la salle de lecture depuis la balustrade de la bibliothèque de Copenhague, aux premières loges pour admirer les dessins d'oiseaux d'Audubon à la bibliothèque d'Ottawa, tandis que des oiseaux - bien vivants - apparaissent autour de nous comme par magie au fil des pages. Dans le hall de la grande bibliothèque de Sarajevo, les notes mélancoliques d'un violoncelliste nous rappellent le triste sort des lieux pendant la guerre qui a déchiré le pays... Et puis, soudain, projeté parmi les étoiles, on regarde émerveillé le disque lumineux de la bibliothèque d'Alexandrie vue du ciel.

On ressort de ce voyage dans le temps de plus d'une heure ému et ébloui, et l'on sourit en apercevant par la fenêtre la Canopée qui se niche au coeur de la BnF, qui soudain paraît irréelle, magique, superbe symbole du papier et du savoir compilé dans les livres, creusets de notre humanité.





Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris