Chimères et Gargouilles
Credits image :
Sur une miette de pain posée sur une mer bleue, miette que je ne nommerai pas, quand on est chimérique, c’est qu’on est triste ou de mauvaise humeur. Mais pas du tout qu’on poursuit des rêves irréalisables…

Ben, aujourd’hui, votre rédactrice est chimérique et tristounette, et son ventre émet des gargouillis infâmes et disgracieux en société…  


…Chimère, quand tu nous tiens …  

Yanartaş, dans le sud-ouest de la Turquie, est considéré comme l'antique Mont Chimère. Le site se compose d'environ deux douzaines de cheminées dans le sol, émettant naturellement du méthane qui s'enflamme.  

Certains disent que le Mont Chimère est à l'origine du Mythe de la Chimère... Dans la mythologie grecque, c'est une créature fantastique malfaisante (bien sûr...) dont le corps est composé pour moitié d’un lion et pour l'autre moitié d’une chèvre, et qui a la queue d'un serpent.  

En héraldique, une chimère est une figure imaginaire. Dans mon bien vieux Larousse, ô combien précieux, c’est un fantasme irréalisable. En architecture, c'est un figure décorative sculptée à l'aspect mythologique ou grotesque.  


… à ne pas confondre avec des gargouilles…  

Dans le domaine de l'architecture, une gargouille (de l'ancien français goule, gueule) est une partie saillante d'une gouttière, destinée à faire écouler les eaux de pluie à une certaine distance des murs. Ce type d'ouvrage sculpté, généralement en pierre, est souvent orné d'une figure animale ou humaine.  

Il faut différencier les gargouilles des chimères. En effet, les chimères, sauf à nous faire parcourir le monde et rêver, ou à décorer, n'ont pas de fonction de dégorgement.  

Mon ventre ne fait donc que le bruit que fait un liquide agité de remous dans une canalisation, bref comme sortant d’une gargouille.  


… à ce cher Victor Hugo….  

Grâce à la redécouverte du gothique au 19e siècle, impulsée par les romantiques et Victor Hugo, naît une fascination pour les gargouilles et les chimères des cathédrales.  

On considère généralement que Victor Hugo en est à l’origine : les gargouilles sont parmi les personnages centraux de son roman Notre-Dame de Paris, publié en 1831. Ainsi la laideur monstrueuse de Quasimodo fait écho aux gargouilles grotesques avec lesquels il vit.  

Au 19e siècle, Napoléon III lance les grands chantiers de restauration de l'art gothique dans toute la France. L'architecte Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) est à la tête de ce programme. A Paris, il œuvre à la restauration de la cathédrale Notre-Dame.  

Paradoxe, les gargouilles de Notre-Dame ont presque toutes été déposées lors de la campagne de restauration de 1792, car ne convenant pas au goût néoclassique du temps. C’est Viollet-le-Duc, lors de la restauration du monument, qui rajoute les gargouilles, remplaçant les gargouilles détruites au siècle précédent et en ajoutant de nouvelles, ainsi que 56 chimères.
 

… vers la flèche de Notre-Dame.

A Notre-Dame de Paris, une première flèche est construite au-dessus de la croisée du transept vers 1250. C’est alors un clocher qui comporté au 17e siècle jusqu’à cinq cloches. Elle est démontée de 1786 à 1792.  

Au cours de sa vie, Eugène Viollet-le-Duc, bâtisseur controversé, restaure de nombreux monuments célèbres datant du Moyen Âge. Au moment des travaux de restauration de la cathédrale, entre 1845 et 1863, quand Prosper Mérimée est inspecteur général des Monuments historiques, il décide de mettre en place une seconde flèche dont la charpente est indépendante du reste. Le modèle de cette flèche est réalisé d'après la flèche de la cathédrale d'Orléans (qui date du 19e siècle) et non d'après celle du 13e siècle !


Ne manquez pas d’aller visiter Notre-Dame de Paris, la Cathédrale, ou bien ses tours.


Parmi les édifices restaurés (avec des erreurs…) par Eugène Viollet-Le-Duc, ne manquez pas le plus célèbre, le Château de Pierrefonds, ou la Cité de Carcassonne , votre rédacteur ayant un faible pour la Basilique de Vézelay , inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.    


Pour les lecteurs, Notre-Dame de Paris, œuvre géniale de Victor Hugo, mais aussi, en plus récent, La Madone de Alexis Ragougneau, un bon polar.    


Bonnes chimères.... mais ne soyez pas trop... chimériques !

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris