Le grand plouf
Aujourd'hui, on s'évade en été, à la fin des années 60. A Los Angeles, précisément, qui servit de décor à un célèbre tableau de David Hockney, intitulé "A bigger splash". Le splash en question, c'est à la fois le sujet de l'image – quelqu'un vient de plonger dans la piscine d'une villa moderniste, très hollywoodienne – et aussi le splash de peinture blanche qui figure les éclaboussures provoquées par le plongeon. Sujet léger, ludique, pop et qu'on pourrait juger anecdotique. Sauf que… 

Avec cette peinture, Hockney se plonge dans une composition très claire : l'architecture, le ciel et la piscine, de même que les deux lignes des palmiers, forment une succession de lignes à la géométrie lisible et qu'on pourrait comparer à un Mondrian, l'abstraction en moins. Le format carré et le cadre blanc intégré à la peinture font également penser à un instantané photographique, un polaroïd de vacances – et Hockney adore la photo. 

Côté technique, on saisit parfaitement le contraste entre deux moments : la peinture au rouleau et à l'acrylique des grands aplats de couleur (plongeoir, piscine, bâtiment, ciel). Et le rendu minutieux et bien plus travaillé du gazon, de l'ombre de la ville dans la baie vitrée, des palmiers…et des éclaboussures, rendues avec une minutie toute particulière. Elles sont si réalistes qu'on entend presque le son qui les accompagne! De manière générale, l'eau tient une place de choix dans le travail de Hockney, qui y voit un sujet d'expérimentations sans fin. 

Autre spécificité de l'image : il y a quelqu'un… mais il n'y a personne. Le plongeur est sous l'eau, dont la surface reste opaque. Le peintre s'amuse à nous montrer une scène…et nous la cache en même temps. Hockney, facétieux, dit qu'il a beaucoup aimé prendre tout son temps, mettre deux semaines à peindre cet événement de deux secondes. Il nous laisse libre d'imaginer l'instant d'avant, l'instant d'après, mais aussi qui a plongé : un de ses amoureux? Une actrice hollywoodienne? Un riche producteur? Ou bien…nous-même? 

Ce qui est certain, c'est que ce décor parfait a inspiré au peintre londonien, ébloui par la lumière californienne, le côté cinématographique des lieux et le "cool" de ses années fastes aux Etats-Unis. L'une de ses œuvres les plus iconiques, qui nous invite à emprunter le plongeoir jaune et à plonger dans la piscine!   


Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com 
Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris