Pourquoi j’aime les visites guidées
Credits image :
Je n’ai pas toujours été fan des visites guidées (faute de les pratiquer, et aussi parce que, vu de loin, leur apparence me rappelait sans doute une dimension « scolaire »), mais grâce à Mes Sorties Culture, depuis 2 ans, j’expérimente bien plus souvent cette forme de découverte, et j’ai appris à l’apprécier, au point d’avoir du mal, maintenant, à visiter un musée ou une exposition en solo (ou alors, si, mais après une visite guidée, une deuxième fois, pour prendre mon temps !)  

Voici donc, d’après ma modeste expérience, 5 bonnes raisons d’opter pour les visites guidées !  

Parce que je suis curieuse  

Qui ne s’est pas retrouvé dubitatif un jour face à une toile, un objet ou une façade, faute de clés pour comprendre le projet de l’artiste, le contexte dans lequel s’inscrit son œuvre ? Les guides sont non seulement qualifiés pour nous mener sur les chemins de la connaissance en histoire de l’art, mais aussi  désireux de transmettre ce qu’ils savent d’une façon accessible. Si vous avez une question, ils sont toujours prêts à vous aiguiller. Leur propre sensibilité est en action aussi, et permet aux participants d’accéder à des émotions qui, sans cela seraient restées enfouies, tant nous sommes intimidés, parfois, par ce que nous ne comprenons pas.  

Parce que c’est l’occasion de faire connaissance avec d’autres passionnés  

C’est évident, mais il y a aussi la dimension de sociabilité qui entre en ligne de compte dans le cadre d’une visite guidée. Nous entrons parfois au musée comme on entrerait dans une église : il ne faut rien déranger, il ne faut pas faire de bruit… Il y a donc beaucoup d’injonctions tacites, beaucoup d’obstacles finalement entre nous et les œuvres. Se retrouver en groupe pour découvrir ensemble, c’est un moyen chaleureux et détendu de partager une passion commune, ou même de se découvrir de nouveaux centres d’intérêt.

Parce que je crois voir mais que je ne vois rien  

 Même quand le sens d’une oeuvre semble « immédiat », il y a toujours des aspects qui nous échappent, faute d’être suffisamment attentifs, et aussi faute de savoir mobiliser nos connaissances à bon escient. Le guide nous aide à regarder autrement, à regarder vraiment, à voir les détails, les correspondances, les structures.. Autant d’habitudes et d’informations qu’ensuite, nous pouvons mobiliser plus aisément lors de nos découvertes solitaires. Comme le dit le très beau livre de l’historien de l’art Daniel Arasse (un bijou d’humour et d’érudition), « On n’y voit rien » ! Et le guide nous aide à dissiper le brouillard. D’ailleurs, les autres visiteurs sont aussi d’une aide précieuse pour changer notre regard, car ils ont aussi leur propre façon d’aborder l’œuvre. Cette rencontre de plusieurs subjectivités produit un feu d’artifice très stimulant et très créatif !    

Parce que l’interaction humaine, c’est chouette  

 Vous pourriez rétorquer que pour nous aider à y voir plus clair, il y a les livres, les applis, les youtubeurs, les blogs, Wikipédia, les guides papier, les cartels du musée…. Certes ! Mais rien ne vaut l’interaction humaine à notre époque de surconnexion virtuelle, et surtout, l’un n’empêche pas l’autre ! Le guide dispose d’une expertise irremplaçable, tant par sa connaissance de ce qu’il vous montre que par sa capacité à le synthétiser et à s’inscrire dans le moment présent, pour vous faire vivre une expérience unique. Car même s’il fait cette visite plusieurs fois dans la semaine, il n’y en a pas deux pareilles ! Il a cette capacité de s’adapter (au groupe, aux circonstances), il a aussi la connaissance fine des lieux : savoir où se placer, par quoi commencer, cela a aussi son importance dans le cadre d’une visite. Enfin, ce n’est pas Wikipédia qui vous fera rire…

Parce que ça stimule ma mémoire  

J’ai remarqué en effet que je retenais bien mieux les informations et les anecdotes collectées au cours d’une visite guidée que celles que j’aurais pu lire dans le cadre d’une exposition visitée seule. Il arrive même, hors visites guidées, que le propos m’échappe totalement, et que je traverse les salles vaguement hagarde sans trop savoir sur quoi m’arrêter, ce qui mérite mon attention, ce qu’il serait bon de retenir, et éventuellement avec quoi d’autre (des choses que je connaîtrais mieux) je peux faire des liens pour m'y retrouver. Avec un guide, ces angoisses disparaissent instantanément. Notre cerveau adore qu’on lui raconte des histoires (depuis que nous sommes tout petits), je soupçonne donc que la mémoire est bien plus stimulée par cette forme de transmission , qu’elle nous permet de fixer les souvenirs en retenant un mot par ci, une expression par là.. Ou parfois même un geste, une attitude du guide, un sourire. C’est finalement une expérience immersive totale, qui sollicite tous nos sens. C’est pourquoi elle est riche et irremplaçable.  

Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com    


Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris