Le musée de minéralogie et les Cristaux de Milène Guermont
Credits image :
Un musée caché près du jardin du Luxembourg, au soleil couchant ; de longues galeries remplies de vitrines dignes d’un film de Wes Anderson ; une artiste hors-normes et ses créations en béton…Voilà une visite mémorable : on y était, on vous raconte !

Un lieu hors du temps

Sise sur le boulevard Saint-Michel, l’Ecole des Mines cache un musée : pour le dénicher, il faut d’abord se perdre dans les couloirs, monter un escalier majestueux décoré de peintures du 18è siècle, pour finalement découvrir une petite porte en bois derrière laquelle se trouvent des merveilles de la nature, jalousement conservées et protégées depuis plus de 200 ans.
Certains minéraux exposés ici ressemblent à de véritables œuvres d’art : « on dirait un Botero », nous indique le directeur de céans, Didier Nectoux, en désignant une belle pierre polie : c’est de l’écume de mer. Une disposition façon « cabinet de curiosités » donne au lieu un charme indéfinissable, et c’est avec les yeux écarquillés qu’on découvre calcites, azurites, hématites, quartz aux formes parfaites, aux couleurs éclatantes et aux reflets magiques. Renseignements pris, il s’agit là d’une des plus importantes collections au monde, qui permet d’explorer toute la planète sous l’angle minéralogique.

Une exposition exceptionnelle : les Cristaux de Milène Guermont

Aujourd’hui, nous sommes privilégiés, car l’artiste elle-même nous présente ses œuvres in situ. Milène Guermont est une jeune femme de 34 ans à l’énergie débordante et au parcours brillant : ingénieure et artiste, elle parle de sa pratique avec passion et avec une maîtrise technique impressionnante. Son truc, c’est le béton. « Tout peut plier, même le béton », dit-elle. Dans un pas de deux organique, elle le triture, le chauffe, le casse, le soumet à toutes sortes de réactions et tire de ces expérimentations des œuvres poétiques dans une exploration qui semble infinie : impressions sur papier, estampes, petites planètes fluo, relevés, moulages... Des pièces qui s’intègrent harmonieusement aux collections du musée, tant et si bien qu’il est difficile d’imaginer qu’elles n’aient pas été conçues exprès ! Grâce à son approche de la matière, le béton devient sensible, réactif, sensuel même, et nous permet d’imaginer de nouvelles relations entre la nature et le construit.  Milène Guermont, en parlant de ses œuvres, évoque aussi bien les performances industrielles de la matière que sa densité, sa fleur et ses effets de cristallisation, abolissant les frontières entre concret (n’oublions pas que « concrete », signifie « béton » en anglais !) et abstrait. Une belle façon de démontrer que l’art est cette façon de passer par le sensible pour s’élever vers d’autres sphères, pour mieux rêver – et mieux penser.

Musée de Minéralogie Ecole des Mines
60 bd Saint Michel
Jusqu’au 19 mars 2016
http://www.musee.mines-paristech.fr/Accueil/
http://www.mileneguermont.com/


Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris