Apollon et Daphné, un chef d’œuvre de la sculpture baroque
Credits image :
Le mythe mis en scène par le Bernin dans cette sculpture exposée à Rome, à la villa Borghese – une commande réalisée par l'artiste à l’âge de... 24 ans, entre 1622 et 1625 - provient des Métamorphoses d’Ovide. Daphné est une nymphe, fille du Dieu fleuve Pénée. Pour se venger d'Apollon, le dieu de la musique et de la poésie, qui s'est moqué de lui, Éros (ou Cupidon), dieu de l'amour décoche simultanément deux flèches, une en or sur le dieu lui-même, qui le rend fou amoureux de la belle Daphné, l'autre en plomb sur la nymphe, qui lui inspire le dégoût de l'amour. Alors qu'Apollon la poursuit, celle-ci, épuisée, demande à son père, le dieu fleuve Pénée, de lui venir en aide. Il métamorphose donc sa fille en laurier.   Dans la villa, la sculpture de trouve au centre d’une pièce, et tous les visiteurs la contemplent en silence, admiratifs et émerveillés. Ils tournent autour, admirent les détails. C’est que cette sculpture baroque est unique en son genre : ici, le marbre semble prendre vie, les matières et les corps se déploient en courbes ascendantes, comme si toute l’œuvre nous attirait vers le ciel, vers le domaine des dieux, dans un mouvement hélicoïdal qui commence avec les corps (Apollon n’est en équilibre que sur une jambe), se poursuit avec la toge d’Apollon, et s’achève avec les cheveux de la nymphe.     

Cette sculpture est typique de l’art baroque: il n’est question ici que d’instabilité, de désordre, de confusion, de changement. C’est un contraste majeur avec l’art de la Renaissance qui magnifie les formes stables (pensez à la Pietà de Michel-Ange, qui forme un triangle fermement ancré dans le sol).    

Le sculpteur fixe ici l’instant tragique de la transformation avec une expressivité inouïe.  La délicatesse des détails est à peine croyable : les feuilles de laurier, les racines qui commencent à se former à la place des orteils de Daphné... Le marbre devient une matière sensible et vivante entre les mains du Bernin.  Les expressions sont particulièrement travaillées, afin d'éveiller l'émotion de celui qui regarde la scène : Apollon commence à réaliser qu’il sera bientôt abandonné par la nymphe en cours de transformation. Il essaie encore de la toucher, de la retenir, mais il commence à se rendre à l’évidence et voit que son amour est entrain de se transformer en laurier, qu’il sera bientôt trop tard. C’est cette surprise que semble exprimer le mouvement de sa main droite, avec le poignet cassé et les doigts légèrement écartés. Quant à Daphné elle semble crier, mais on ne sait pas si c’est pour échapper à l’emprise du Dieu ou parce que la douleur de renoncer à son humanité l’étreint. Ovide termine son poème par les paroles d’Apollon, qui continuera d’aimer la nymphe même après sa transformation :  

" Le dieu lui dit : « Eh bien, puisque tu ne peux être mon épouse,

au moins tu seras mon arbre ; toujours, tu serviras d'ornement,

ô laurier, à mes cheveux, à mes cithares, à mes carquois. "

Désormais, vous verrez les couronnes de laurier d'un autre oeil...


Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com      
Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris