Plein les mirettes
Credits image :
Quel amateur d'art n'a jamais rêvé de s'immerger à l'intérieur d'un paysage, d'une image, d'être physiquement au contact des couleurs vibrantes d'un tableau, de se mêler au paysage qui s'offre à son regard?

Depuis peu, ce voeu est exaucé grâce à l'Atelier des Lumières, qui propose, dans une ancienne fonderie du XIe arrondissement parisien, des expositions immersives monumentales. Le procédé a déjà été testé aux Baux de Provence, mais aussi à la Villette, en 2017, avec "Imagine Van Gogh". 

Avec 140 vidéoprojecteurs et une sonorisation spatialisée, les oeuvres projetées épousent 3300 m2 de surfaces, du sol au plafond, avec des murs s’élevant jusqu’à 10 mètres.
En entrant dans cet espace, plongé dans une lumière bleutée, on se sent tout petit, et il est difficile de deviner ce qui va se passer quelques instants plus tard. Les cuves géantes de l'ancienne fonderie ponctuent l'espace, qui semble immense… et vide, seulement habité par les visiteurs qui attendent la prochaine "représentation". Et puis soudain, la lumière baisse, la musique jaillit, et tout s'anime, du sol au plafond. 

Ce type de mise en scène présente un intérêt éducatif évident: le contact avec l'oeuvre est immédiat, de même que les échos entre les différentes oeuvres présentées. Le format permet également de distinguer des détails que l'on n'aurait peut-être pas vus à l'oeil nu, en tous cas difficilement dans le contexte d'un musée bondé.

La première exposition nous mène à Vienne, sur les traces de Gustav Klimt, d'Egon Schiele et de Friedrich Hundertwasser, Klimt se taillant la part du lion avec une présentation en 4 séquences didactiques, classées par thème : la Vienne néoclassique, Klimt et la Sécession viennoise, Klimt et l'or, Klimt et la nature.

La profusion de détails, de travail sur le motif, la finesse des portraits et la douceur sensuelle de l'ensemble enveloppent le visiteur émerveillé. Certains se déplacent pour changer de perspective (une mezzanine permet d'embrasser l'ensemble de l'espace en un coup d'oeil), mais aussi jouer avec les images, prendre des photos, tandis que d'autres préfèrent choisir un seul poste d'observation, et laisser les images tournoyer et passer sur eux, devenant le support éphémère de l'oeuvre présentée/ 

En conclusion, on ne boude pas son plaisir, au coeur de ce dispositif à grand spectacle, en découvrant ou redécouvrant les oeuvres et les couleurs des artistes qui ont marqué l'histoire de l'art. Et cela donne envie d'aller admirer les oeuvres dans leur berceau, à Vienne!


Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com

Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris