Churchill : le grand homme était aussi un artiste
Credits image :
A bien des égards, Churchill est une légende du 20e siècle. Premier ministre de Grande-Bretagne pendant la Deuxième guerre mondiale, il s'est distingué par sa ténacité face au nazisme, par ses exceptionnels talents d'orateur, mais aussi par sa plume, qui lui valut un prix Nobel de littérature. 

Mais il y a un élément de sa biographie que l'on ne trouve pas dans les livres d'histoire ; la demeure familiale de Winston Churchill, Chartwell, dans le Kent , comprend une petite pièce qui donne directement sur le jardin. Il s'agit en fait d'un atelier baigné de lumière, dans le quel le grand homme venait se réfugier pour s'adonner à son loisir préféré : la peinture à l'huile.  Avec, toujours, son légendaire cigare entre les dents. Dans cet atelier, des dizaines de toiles ponctuent les murs et témoignent de la passion de l'homme d'état, qui s'absorbait de longues heures - avec la blouse blanche de rigueur - dans des rêveries colorées. Rares sont les grands personnages historiques qui furent aussi des artistes accomplis ; et les deux activités peuvent même sembler sinon opposées, du moins incompatibles. Cette part de créativité rend le personnage attachant et permet de garder un précieux témoignage de sa sensibilité, de son intimité, de sa vie intérieure. 

Signataire de plus de 500 toiles – essentiellement des paysages - le brillant homme d'état  avait l'âme d'un artiste et prenait cette pratique très au sérieux, tout en gardant une attitude modeste à l'égard de cet art. Il y trouvait un grand réconfort, et s'inspirait de l'impressionnisme et de ses peintres préférés : Van Gogh, Monet  ou Turner, pour faire vibrer les couleurs et rechercher la lumière parfaite. 

C'est assez tardivement,  à l'âge de 40 ans, après la défaite cuisante des Dardanelles (en 1916) , que Churchill découvre les bienfaits de la peinture. Assommé par une dépression qui le suivra jusqu'à la fin de sa vie (il la nommait affectueusement et non sans humour son "chien noir", "my blackdog"), il trouve dans la recherche picturale un calme, une forme d'évasion, un réconfort à nuls autres pareils.  

Sa maison et ses jardins à Chartwell sont un de ses sujets de prédilection : il revient sans cesse sur le motif du bassin aux poissons, un peu à la manière d'un Monet obsédé par les nymphéas de son jardin. Il aime aussi emporter son matériel en voyage et peint volontiers le sud de la France ou les villes marocaines. Churchill, s'il n'avait pas choisi la voie militaire et politique, serait peut-être devenu un grand peintre présent dans les musées les plus prestigieux!   

Ecrivez à la rédaction : szannad@messortiesculture.com  
Vous aussi, publiez vos propres articles
sur TartinesDeCulture !
Je m'inscris